Missions diplomatiques et consulaires du Maroc :
  Corps diplomatique et consulaire au Maroc
    Ambassades et Consulats:
    Organisations internationales et régionales :
 
   Monde Arabe
Réunion extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe sur les derniers développements de la question palestinienne
Le Caire 09.04.2014

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M.Salaheddine Mezouar, a présidé, mercredi 9 Avril 2014 au Caire, la réunion extraordinaire du Conseil de la Ligue Arabe au niveau des Ministres des Affaires étrangères, en présence du Président de l'Etat Palestinien, M. Mahmoud Abbas, consacrée à l’examen des derniers développements de la question palestinienne.


Dans son allocution inaugurale, le Ministre a assuré que cette réunion, qui se tient à la demande du président palestinien, vient "confirmer notre volonté à tous de défendre les droits légitimes de nos frères palestiniens" comme elle illustre "notre appui à leur marche vers l'édification d'un Etat Palestinien indépendant".

Par ailleurs, M. Mezouar a exprimé ses remerciements et sa gratitude à l’égard de Son Excellence le Président, M. Mahmoud Abbas, pour sa présence personelle à cette réunion afin d’informer le Conseil de la ligue arabe sur les derniers développements concernant  le dossier des négociations, à la lumière du manquement d’Israél à ses engagements issus de l'accord tripartite, en refusant de libérer un quatrième groupe d'anciens détenus palestiniens comme convenu le 29 mars 2014.

Le Ministre a indiqué, en outre, que le refus d'Israël d'honorer ses engagements à ce sujet et son exploitation à des fins de manipulation des négociations pour imposer de nouvelles conditions irréalistes à l'encontre de la partie palestinienne, apportent de nouveau la preuve de l'absence d'une volonté de paix chez l'autre partie. Il a ajouté que les derniers développements "nous incitent à être compréhensifs à l'égard de la décision de la Présidence de l’Etat de Palestine d'adhérer à 15 conventions internationales, une décision à travers laquelle la Palestine a exprimé son droit d'exercer sa souveraineté en tant qu'Etat, surtout après son admission auprès de l'ONU en tant qu’Etat observateur non-membre.

D’autre part, le Ministre a salué les efforts des Etats Unis d'Amérique et leur fort engagement en faveur de la réussite des négociations entre Palestiniens et Israéliens depuis leur reprise en juillet 2013, sous supervision américaine, comme en témoignent les initiatives du Secrétaire d'Etat américain, John Kerry, qui a confirmé, lors de sa récente visite à Rabat, son souci de faire en sorte que les deux parties ne ratent pas cette chance historique et de voir les négociations se poursuivre pour arriver à un règlement global et juste au conflit israélo-palestinien.

Dans le même contexte, M. Mezouar a souligné que la visite de M. Kerry au Maroc a été une nouvelle occasion pour le Royaume de réaffirmer ses engagements constants à l'égard des droits du peuple palestinien. Il a rappelé, également, que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, a remis, à cette occasion, au Secrétaire d'Etat américain, un registre contenant l'ensemble des exactions israéliennes perpétrées dans la ville Sainte d'Al Qods Asharif.

Par ailleurs, M. Mezouar a relevé qu'en dépit de la position courageuse du président palestinien que reflète son attachement à une paix juste à travers le choix des négociations comme moyen pour arriver à l'édification d'un Etat palestinien et permettre au peuple palestinien de jouir pleinement de ses droits, sur la base des résolutions de la légalité internationale et les constantes du processus de paix et de l'initiative de paix arabe, l'autre partie continue à tergiverser en refusant d'honorer ses engagements, à confisquer les terres des Palestiniens et spolier leurs biens, et imposer le blocus sur les villes palestiniennes en Cisjordanie et dans la bande Gaza, avec la poursuite de la colonisation et les agressions successives perpétrées dans la ville Sainte d'Al Qods Asharif et la Mosquée Al Aqsa.

Tout en réitérant l'appui au choix des négociations, le Ministre a fait savoir que toute prolongation de ce processus serait vaine en l'absence d'un engagement concret dans la perspective d'aboutir à la fin définitive de la colonisation et des solutions consensuelles des dossiers en suspens.

M. Mezouar a ajouté que face aux réalités du terrain, «il semble clair que la mise en œuvre de cet engagement est relatif à la pression que peut exercer les États-Unis sur Israël afin de la dissuader  à faire traîner les négociations, à manquer à ses engagements et à poursuivre la politique de colonisation visant à changer la réalité sur le terrain et à imposer la politique du fait accompli". Il a expliqué que "cette voie répand un climat de désespoir et de sentiment d'injustice et d'oppression, et contribue ainsi à faire pondérer les voix refusant la paix au moment où la région a besoin d’une culture de la paix devant les changements géopolitiques imprévisibles".