Missions diplomatiques et consulaires du Maroc :
  Corps diplomatique et consulaire au Maroc
    Ambassades et Consulats:
    Organisations internationales et régionales :
 
    Droits humains
Projection dans le futur: L'Initiative nationale pour le développement humain et le Rapport du cinquantenaire
 

Le Maroc considère que le degré de jouissance des Droits de l’Homme dépend, pour l'essentiel, des conditions de vie et du niveau de satisfaction des besoins élémentaires de l'être humain, dont notamment la santé et l'éducation. Dans ce cadre, le Royaume, tout en œuvrant inlassablement à la promotion et à la protection des droits régis par les pactes et les Conventions internationaux, accorde une place de choix au développement humain sous tous ses aspects, tant il est vrai qu'un individu vivant dans une pauvreté extrême, souffrant de l'exclusion sociale, de la précarité et du chômage ne saurait contribuer au mieux de ses potentialités à la vie politique et sociale de sa communauté.

C'est dans cette perspective que Sa Majesté le Roi a lancé dans un Discours prononcé le 18 mai 2005, l'Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH). Ce chantier de règne se veut une réponse à la problématique sociale au Maroc où « de larges franges de la population et des zones entières du territoire national vivent dans des conditions difficiles et parfois dans une situation de pauvreté et de marginalisation, qui est incompatible avec les conditions d'une vie digne et décente ». A long terme, a affirmé Sa Majesté, l'ambition « est de hisser les indices de développement humain dans notre chère patrie à un niveau comparable à celui des pays développés».

L'objectif principal est, par conséquent, la réduction du déficit social par une restructuration et une mise à niveau des espaces où prévalent la précarité, la pauvreté et l'exclusion sociale. Pour atteindre ce but, un effort soutenu est nécessaire sur trois niveaux : l'élargissement de l'accès aux services sociaux de base, la promotion des activités génératrices de revenus stables et d'emploi, et l'aide ciblée des personnes en grande vulnérabilité.

Dans une première phase, l'INDH, dotée d'un budget propre, a adopté une démarche participative et inclusive faisant appel au partenariat entre l'Etat, le citoyen et la société civile. Elle a ainsi élaboré un programme intégré pour cibler en priorité, 403 communes rurales parmi les plus défavorisées du pays et 264 quartiers urbains et périurbains où vivent des populations dans des situations difficiles.

Au cours de la première année d'activités de l'INDH, l'ensemble des organes de gouvernance au niveau territorial, dont font partie les représentants de la société civile et l'Observatoire National du Développement Humain, ont été mis en place. Le Comité Stratégique de pilotage de l'INDH harmonise, au niveau central, les actions des comités locaux et régionaux de développement humain. Dans ce cadre, 1104 projets lancés en 2005 ont été achevés et 6127 projets ont été programmés en 2006. Pour l'année en cours, l'accent est mis sur la formation et le renforcement des capacités en matière de développement humain, la communication de proximité et la convergence des initiatives locales avec les orientations au niveau central.

Outre ses retombées directes, l'INDH ne manquera pas d'avoir des effets d'entraînement bénéfiques sur les grands projets en cours de réalisation, pour améliorer les conditions de vie notamment dans la campagne marocaine en permettant la généralisation de l'accès à l'eau potable, à l'électricité et la réduction des zones enclavées. Dans ce cadre, les zones rurales bénéficient de la réalisation de trois projets nationaux d'envergure à savoir le Programme d'Électrification Rurale Groupé (PERG), le Programme d'Approvisionnement Groupé en Eau Potable (PAGER) et enfin, d'un projet ambitieux visant le désenclavement du monde rural par l'aménagement de pistes carrossables.

Devant les résultats probants et tangibles de cette initiative, plusieurs pays européens et arabes, ainsi que certaines organisations internationales ont manifesté leur intérêt à y adhérer et se sont engagés à apporter une contribution financière à sa mise en oeuvre.

Dans Son discours à l’occasion de la fête du Trône, le 31 juillet 2009,  Sa Majesté le Roi a décidé, sur la base des premiers résultats de l’INDH, «  d'imprimer une nouvelle et forte impulsion à ce chantier de règne, en ayant constamment en vue :

1- La recherche d'une plus grande efficacité et davantage de réalisations. A cet effet, Nous appelons tous les acteurs à tenir compte, lors de la préparation des projets de l'INDH, de la spécificité de ceux-ci, tout en s'assurant de leur pérennité et de leur synergie avec les différents programmes sectoriels et les plans de développement communaux,

2- La nécessité de soumettre lesdits projets au contrôle et à l'évaluation, et veiller à donner corps aux recommandations de l'Observatoire national de l'INDH, et

3- L'impératif de se focaliser sur les microprojets, générateurs d'emplois et de revenus stables, surtout dans le contexte économique difficile actuel ».

Conscient de la nécessité de faire le bilan des 50 dernières années en matière de développement humain et les perspectives à l'horizon 2025, un Rapport a été établi, conformément aux Hautes Instructions Royales qui définit les challenges du futur comme les blocages et les déficits structurels liés au développement humain du Maroc.

Ce Rapport qui a associé, dans un souci de participation et d'appropriation, l'ensemble des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux et une expertise de haut niveau, a été présenté au Souverain en janvier 2006, en même temps que les recommandations de l'IER. Les recommandations formulées tournent autour de cinq axes qui devraient permettre au Royaume de gagner le pari du développement à l'horizon 2025 :

- Consolider la normalité politique, renforcer la cohésion nationale et améliorer le système de gouvernance par une série de mesures ambitieuses ;

- Renforcer une économie compétitive en mettant à profit la fenêtre d'opportunité démographique et en développant notamment l'innovation, une réforme fiscale et foncière, ainsi qu'une nouvelle économie du monde rural ;

- Réunir les conditions d'une intégration vigoureuse du Maroc à l'économie et à la société du savoir en réussissant les réformes en cours du secteur de l'éducation, et en développant les nouvelles technologies et les langues dans le système éducatif ;

- Gagner la bataille de l'exclusion en réorganisant les solidarités territoriales et en généralisant la protection sociale comme moyen de lutte contre la pauvreté ;

- Saisir les opportunités de l'ouverture, surmonter ses menaces et aller vers de nouvelles logiques de positionnement régional.

Cette démarche permet au Maroc d'analyser avec recul, autocritique et sérénité, les réalisations et obstacles du passé et envisager le présent et l'avenir dans la confiance, la lucidité et la détermination. L'INDH représente, à cet égard, le fer de lance d'un changement du paradigme d'approche du développement humain et le catalyseur d'un changement profond de la réalité quotidienne des populations victimes de l'exclusion sociale.