Missions diplomatiques et consulaires du Maroc :
  Corps diplomatique et consulaire au Maroc
    Ambassades et Consulats:
    Organisations internationales et régionales :
 
   Le Rapport du Cinquantenaire sur le Développement Humain
Rapport Général
 

«Il nous appartient de faire du Jubilé de l’Indépendance un moment historique privilégié, et de marquer une pause pour évaluer les étapes franchies par notre pays durant un demisiècle, en matière de développement humain, en faisant le point des succès, des difficultés, et des ambitions, et en tirant les enseignements des choix opérés durant cette période historique, et des grands tournants qui l’ont marquée. Notre objectif est de consolider nos choix et orientations d’avenir, clairement et en toute confiance, en soulignant au passage, en toute objectivité, les efforts extraordinaires qui ont été consentis pour mettre le Maroc sur la voie de l’édification de l’Etat moderne. Telle est la plus belle manière d'être fidèle à la mémoire éternelle des artisans de l'indépendance de la patrie».

 C’est en ces termes que Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, dans Son Discours du 20 Août 2003, inaugura un projet collectif et participatif d’étude, de réflexion et de débat sur l’évaluation rétrospective du développement humain au Maroc depuis son Indépendance, et sur la vision de ses perspectives pour les vingt prochaines années. Ce projet prit la forme d’un rapport intitulé « 50 ans de développement humain  au Maroc et perspectives pour 2025 ».

 La finalité première de ce projet est d’alimenter un large débat public sur les politiques à mettre en oeuvre dans le futur proche et lointain, et ce à la lumière des enseignements de l’expérience des réussites et des échecs du passé. Cette offre de débat est animée par une triple conviction :

- La destinée de notre pays est entre nos mains. Notre pays est à la croisée des chemins. Il a aujourd’hui les moyens de s’engager résolument sur la voie d’une grande ambition nationale, partagée par tous, et articulée autour du développement humain. Pour ce faire, la collectivité nationale a l’ardente obligation d’opérer des choix cohérents, d’accélérer le rythme et d’approfondir l’ampleur des réformes, et rompre définitivement avec des pratiques et comportements qui ont jusque là contrarié son développement.

 - Les vertus du débat public sont inestimables. Rien ne remplace, dans la gestion de la vie publique, ces forums où idées, concepts et analyses s’agrègent au service d’un projet national partagé.

 - Seule la pratique démocratique consolidée peut engager de manière irréversible notre pays sur les voies de la réussite. Exercée avec constance, portée par la responsabilité de chacun et la vigilance de tous, elle n’est ni un luxe ni une utopie. Conduit dans le respect des principes de participation, d’indépendance scientifique et éditoriale, le projet a mobilisé plus de cent compétences nationales, relevant de l’université, de l’administration et de la société civile.

 Le concept fédérateur du projet, celui du développement humain, a permis d’embrasser un large éventail de thématiques et de questions, souvent interdépendantes et difficilement accessibles par  des approches uni-disciplinaires. L’utilisation de ce concept, relativement récent et toujours en cours d’approfondissement, a indéniablement enrichi les travaux menés dans le cadre du rapport.

 Ces travaux ont été menés à un moment où d’importants chantiers de réforme sont lancés. Le pays traverse une étape historique marquée par de multiples processus transitionnels : démocratiques et politiques, démographiques et sociétaux,  économiques et culturels. C’est une période de questionnements en profondeur, propice à la formulation de grands desseins, au renouveau du projet national et à l’accélération du rythme de développement du pays.

 Pour autant, le Rapport ne perd jamais de vue que les dimensions qui déterminent le développement humain sont elles-mêmes largement déterminées, non seulement par les enjeux et les choix politiques,  mais aussi par les différents contextes et conjonctures intérieurs et extérieurs, qui ont conditionné ou conditionneront ces choix. Procéder à une lecture de notre passé et de notre Histoire à la lumière de référentiels juridiques, éthiques et conceptuels d’aujourd’hui, sans relativiser l’analyse des politiques publiques par leurs différents contextes ou par les doctrines de développement qui prévalaient au moment de leur élaboration, aurait fait courir au rapport le risque de manquer d’équité et de loyauté envers les acteurs de cette période.

 Le Rapport sur « 50 ans de développement humain au Maroc et perspectives pour 2025 » propose une base de connaissance et d’argumentation pour alimenter le débat, en tirant les leçons de l’expérience passée du pays et en indiquant des pistes de réflexion pour les deux décennies à venir. Il se veut une contribution citoyenne, animée tout autant par l’esprit patriotique que par l’exigence d’objectivité.

 Son message fondamental est d’affirmer qu’avec le recul que confère la réflexion sur le demi-siècle écoulé, le Maroc d’aujourd’hui, en paix avec lui-même et avec son passé, fort de ses succès revendiqués et des leçons de ses échecs assumés, porté par ses femmes et ses hommes, par ses jeunes et ses anciens, est en mesure d’emprunter, avec confiance et détermination, le chemin qui mène vers un niveau de développement humain élevé.

Rapport Général.pdf