Missions diplomatiques et consulaires du Maroc :
  Corps diplomatique et consulaire au Maroc
    Ambassades et Consulats:
    Organisations internationales et régionales :
 
    Economie
Agriculture
 

L’agriculture au Maroc a toujours été considérée comme un secteur stratégique pour le développement socio-économique du pays. Son importance est illustrée par les indicateurs suivants: la population rurale constitue actuellement environ la moitié de la population totale du pays; l'emploi direct dans l'agriculture représente à lui seul 80% de l'emploi rural; en terme de valeur ajoutée, l'agriculture contribue au PIB à hauteur de 12% jusqu’à 20% selon les conjonctures climatiques. Un million  sur 8,7 millions d’hectares sont irriguées.

Le Maroc produit des céréales (blé dur, blé tendre, orge, maïs), des légumineuses,  des oléagineuses (tournesol, arachide), et dispose de cultures industrielles (betterave, canne à sucre). Cependant, les volumes de production dépendent largement des conditions climatiques. A titre d’exemple, la production des céréales pour la saison 2008/2009 a atteint environ 102 millions de quintaux, alors qu’elle n’a pas dépassé  les 53 millions de quintaux, la saison précédente.

La Production des cultures maraîchères, moins vulnérable vis à vis de  la pluviométrie,  grâce notamment, à l’irrigation, a atteint pour la dernière saison 2008/2009, 6.913 millions de tonnes, en progression  par rapport à la saison précédente, qui a enregistré 6.878 millions de tonnes (19,0% de plus  pour la tomate et 22,2% de plus pour la pomme de terre).

La production d’agrumes a atteint, en 2008/2009, 1.238 million de tonnes, avec un léger recul par rapport à la saison 2007/2008 qui a enregistré 1.285 million de tonnes. Cette production est répartie en consommation locale (53,0 %) et 47% destinés à l’exportation.

L’effectif du cheptel à la saison 2008/2009, était de 25 010 milliers de têtes (bovins : 2814,  ovins : 17078 caprins : 5118).

   Parmi les atouts du secteur, on peut citer : une main d'œuvre agricole qualifiée et très compétitive en terme de coût par rapport aux concurrents; des avantages comparatifs avérés pour les fruits et légumes frais et transformés, ainsi que pour d'autres produits méditerranéens; le développement d'une place de transformation de produits agro-alimentaires potentiellement très compétitive.

Cependant, des contraintes existent et empêchent l'agriculture marocaine de relever les défis de la sécurité alimentaire, de la globalisation des marchés et de la concurrence. C’est dans cette perspective que le nouveau Plan Maroc Vert a été élaboré, pour faire de l’agriculture le principal moteur de croissance de l’économie nationale dans les 10 à 15 prochaines années.