Missions diplomatiques et consulaires du Maroc :
  Corps diplomatique et consulaire au Maroc
    Ambassades et Consulats:
    Organisations internationales et régionales :
 
     Promotion économique et culturelle
Le Maroc, promoteur du dialogue inter-religieux et interculturel
 

« Depuis des lustres, le Maroc a été et demeure un carrefour de tolérance et de cohabitation, un havre de compréhension et de coexistence et un point de départ pour l’instauration des passerelles de communication, sur les plans civilisationnel et culturel, entre les différentes sociétés, en dépit de la diversité de leurs religions et de leurs croyances et de la multitude de leurs origines et de leurs provenances ».

Message de Sa Majesté le Roi Mohammed VI  à  la conférence  sur le dialogue entre
les Civilisations dans un Monde en Mutation, organisée par l’ISESCO (Rabat, 10 juillet 2001)

L’importance cruciale du dialogue entre les civilisations a été affirmée au regard d’une conjoncture marquée par la montée en puissance des manifestations d’intolérance, de xénophobie, d’antisémitisme, de discrimination, et de dérision des symboles et valeurs religieux.

Le Maroc a souvent lancé un appel pour la dissémination de la culture de  tolérance et de compréhension mutuelle par les voies de dialogue, car il a depuis toujours été une société multiculturelle et une terre d’accueil ouverte aux autres civilisations, cultures et religions comme peut l’attester la cohabitation pacifique séculaire (14 siècles) entre les marocains de confessions musulmane et juive.

Cette tradition s’est perpétuée après l’indépendance du Maroc en 1956 et continue de constituer une des particularités du Royaume. La position géostratégique du Maroc, au confluent du Continent africain et européen comme étant le berceau des trois religions monothéistes, a fait du Royaume un catalyseur du dialogue des civilisations.

L’engagement inlassable du Maroc en faveur du rapprochement entre les différentes cultures et religions s’est manifesté par une implication dynamique au sein des instances internationales (Organisation des Nations Unies, Organisation de la Conférence Islamique, Ligue des Etats Arabes).

En effet, après son adhésion à l’ONU, le Maroc a contribué à plusieurs initiatives de dialogue entre les civilisations et les religions. Ainsi, durant la seconde guerre mondiale, le Maroc a non seulement protégé les citoyens juifs marocains, vivant sur son sol, mais a offert l’asile à ceux fuyant les affres de la guerre mondiale.

La relation privilégiée du Maroc avec les autres religions monothéistes se reflète dans la liberté de culte dont jouissent les personnes de foi chrétienne et juive qui résident sur le territoire marocain.

En outre, le Maroc a initié des relations très étroites avec le Saint Siége (Vatican), pour discuter sur la gestion pacifique des différends (le statut de la ville sainte de Jérusalem et le conflit israélo palestinien), ainsi que la nécessité de rapprocher les religions monothéistes (la visite de Sa Majesté le Roi Hassan II au Vatican en 1980, et du Pape Jean Paul II, au Maroc, en 1985 ainsi que les messages de paix véhiculés par  Sa Majesté le Roi, à la Réunion interconfessionnelle sur la « Paix de Dieu dans le Monde»).

Dans le même cadre, le Royaume du Maroc a participé à une gamme de Conférences relatives au dialogue interreligieux :

- Conférence Mondiale Islamo-Chrétienne (Vienne en 1997);
- Conférence sur le Dialogue entre les trois religions monothéistes (Rabat, février 1998);
- Réunion Interconfessionnelle de Bruxelles sur la paix de Dieu dans le Monde (Décembre 2001);
- Première et Deuxième édition du Congrès Mondial des Imams et Rabbins pour la paix (Bruxelles, janvier 2005, et Séville, Mars 2006).

Sur le Plan onusien, le Maroc agit à un double niveau : D’abord en contribuant, de manière active, au débat des divers organes de l’ONU sur cette question et, en participant au processus d’élaboration et d’approbation des résolutions pertinentes des Nations Unies sur ce sujet :

- Résolution 52/15 du 20 novembre 1997 par laquelle l’Assemblée Générale des Nations Unies a proclamé l'an 2000, « Année Internationale de la Culture de la Paix ».

- Résolution 53/25 du 10 novembre 1998 par laquelle la période 2001-2010 a été proclamée « Décennie Internationale de la Promotion d'une culture de la non-violence et la paix au profit des enfants du monde».
- Déclaration de Bali (22 juillet 2005) sur la construction de l’harmonie interconfessionnelle au sein de la Communauté internationale.

- Résolution de l’Assemblée générale 63/22 de l’ONU sur la promotion du dialogue de l’entente et de la coopération entre les religions et les cultures au service de la paix.

La deuxième forme de contribution du Maroc réside dans son implication active dans les différentes initiatives onusiennes:

- Le Maroc fait partie des 16 Etats membres du Forum Tripartite pour la Coopération entre les religions pour la paix, en sus de trois agences onusiennes et une centaine d’ONG religieuses.

- Le Conseiller de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, M. Andrey Azoulay, a été choisi par le Secrétaire général des Nations pour faire partie du panel de haut niveau de l’ONU sur l’Alliance des civilisations ;

- Le Maroc fut parmi les premiers pays à se joindre à « L’Alliance des Civilisations » qui a été créée à l’initiative conjointe des Premiers Ministres espagnol et turc, en 2004. Le Maroc est membre actif du Groupe des amis de l’Alliance des civilisations, Organe d’orientation politique de cette initiative ;

- Le Maroc figure sur la liste des pays invités par le Secrétaire Général de l’ONU pour assurer le suivi de cette question en juillet 2008 qui a ciblé en particulier les volets politique, l’enseignement, la migration et des jeunes, pour  prévoir un cadre de consultations et d’actions et contrecarrer des notions erronées tels que « le Choc des Civilisations», pour parvenir à créer un climat sain de solidarité et de tolérance.

- Le Maroc a abrité, à Rabat, en novembre 2009, la 3ème réunion des points focaux de l’Alliance des Civilisations.

- Le Maroc a participé à la Réunion Ministérielle du Mouvement des Non Alignés sur le Dialogue des Religions, tenue à Manille les 16 et 17 mars 2010.

- Le Chef du Gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, s'est rendu au Vatican, le 20 mars 2013, ou il a été reçu par le pape François.